En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Retour à la liste

Actualités

La croissance de l’emploi cinéma audiovisuel en Région Ile-de-France se poursuit

dimanche 19 mai 2019

Photo V. Pécresse, J. Redler, O.Tessier & P. Degardin (Audiens) présentent les chiffres de l'emploi.

  POURSUITE D'UNE CROISSANCE FORTE EN 2017

Alors que la précédente étude (avril 2018) annonçait une année exceptionnelle, l’Observatoire de la production audiovisuelle et cinématographique 2019 confirme la forte croissance du secteur. 2017 est une très belle année avec une augmentation significative des emplois en CDI et contrats courts.        

  • Une croissance à deux chiffres pour les emplois CDI : 4 200 emplois ont été créés en 2017, soit une hausse de + 15 %, avec une augmentation de 8% de la masse salariale (+10%). En 2018, on approche la barre des 19 000 emplois en CDI.
  • En cumulant CDI et contrats courts, la masse salariale dépasse les 1,8 Mds€.

Plusieurs facteurs expliquent ce regain d’activité :

Les productions françaises se tournent toujours… en France

  • Poursuite de la relocalisation des tournages de films français : Le taux de délocalisation passe de 22% à 21%, confirmé par la chute de nombre de semaines de tournage à l’étranger : - 13%, taux étant tous les deux historiquement bas.

 

  • L’effet combiné du crédit d’impôt et du Fonds de soutien de la Région Ile-de-France a permis de localiser plusieurs grosses productions en France comme « Astérix et Obélix » d’Alexandre Astier, « L’Empereur de Paris » de Jean-François Richet, « Un Peuple et son roi » de Pierre Schoeller, tous les trois soutenus par la Région Ile-de-France. Les séries d’initiative française à fort impact telles que « Le Bureau des Légendes » et « Versailles » ont tourné respectivement en 2017 la saison 4 et 3 en Ile-de-France.

 

 PARIS ET SA REGION RESTE TRES ATTRACTIFS POUR LES TALENTS DU MONDE ENTIER

 L’accueil sur le territoire de la production étrangère hors norme de Christopher MacQuarrie « Mission Impossible 6 : Fall Out » avec 25 M€ de dépenses, 36 jours de tournage et plus de 350 techniciens employés chaque jour de tournage.

 

  • Augmentation des dépenses sur le territoire francilien grâce au crédit d’impôt international (plus 73 M€) avec des productions telles que « The 15 17 to Paris » de Clint Eastwood.

 

  • La production de série par les plates-formes est un levier de croissance important pour l’Ile-de-France, qui a accueilli « The Marvelous Mrs Maisel » de Amy Sherman & Dan Palladino (Amazon), « Jack Ryan » de Daniel Sackheim, Carlton Cuse et « Osmosis » d’Audrey Fouché (Netflix).

 

  • L’Ile-de-France reste aussi un territoire très compétitif pour l’animation et les effets visuels. Les talents, le savoir-faire et une fiscalité attractive sont le tiercé gagnant pour attirer les productions étrangères en France : au-delà de l’exemple bien connu d’Illumination Mac Guff, on peut citer Mikros avec « Sherlock Gnomes » ou ON Entertainment « Playmobil ». L’industrie des VFX n’est pas en reste : « Blade Runner 2049 » ; « American Gods » (BUF).

 

NIVEAU D'ACTIVITE TRES SOUTENU EN 2017, STABILISATION EN 2018

Les indicateurs sociaux laissent à penser que l’année 2018 sera stable. Toutefois, le dynamisme de la production française reste fort ainsi que les investissements étrangers générant de l’emploi pour des projets importants.

 

  • La relocalisation de la production française se poursuit avec un taux à 20% en 2018, le plus bas de la décennie. Le film à plus de 20 millions de budget « J’Accuse » de Roman Polanski est relocalisé en Ile-de-France.

 

  • 2018 est une année record en termes de volume de la production audiovisuelle (995 heures). L’Ile-de-France a vu se tourner des séries telles qu ’« Ad Vitam » de Thomas Cailley et Manuel Shapira, ou « Speakerine » de Laurant Tuel.
  • Deux longs-métrages d’animation d’envergure « Sings 2 » et « Minions 2 » par Illumination Mac Guff, nécessitant une main d’œuvre importante, ont été fabriqués sur le territoire.

 

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France se réjouit « de la vitalité du secteur cinéma et audiovisuel en Ile-de-France : augmentation de 16,5% de l’emploi, +46.5% de CDI et + 6.7% d’entreprises, cela depuis 2016. Ce secteur est accompagné par la Région Ile-de-France à travers le Fonds de soutien cinéma et audiovisuel doté de plus de 20 millions d’euros. Notre ambition est de faire de cette Région la première d’Europe en matière de soutien à la production cinématographique et audiovisuelle. »

 

Pour Jérémy Redler, Président de la Commission du Film d’Ile-de-France et Vice-président du Comité Régional du Tourisme Paris Ile-de-France, « les chiffres démontrent que nous sommes dans une forte dynamique de croissance. La Région Capitale a tous les atouts pour attirer les talents et les investissements et ainsi poursuivre sa dynamique territoriale, qui devraient se maintenir dans les prochaines années. »

 

"L'analyse des données sociales est un élément clé de notre relation avec les secteurs du cinéma et de l'audiovisuel. Au service de la connaissance de l'emploi, des métiers, des entreprises et des individus, comme du pilotage des régimes, Audiens produit chaque année de nombreuses études statistiques et s'investit toujours plus dans la data science. Un outil essentiel pour réinventer notre service et toujours mieux répondre aux parcours des professionnels de la culture", déclare Odile Tessier, Directeur général d’Audiens.

 

Téléchargez ici l'étude complète

 

Le champ de l’étude :

Le champ de l’étude ne comprend que les entreprises participant et contribuant à l’activité de production audiovisuelle et cinématographique (production, prestation).

Ont été exclues les activités de diffusion audiovisuelle, de distribution et d’exploitation cinématographique ainsi que tous les services à la production (restauration, construction de décors, aménagement de plateaux, préparation de tournages extérieurs, services exceptionnels, etc..) qui ne sont pas cotisantes au Groupe Audiens.

Cette étude a été réalisée par Philippe Degardin (Directeur des études, Audiens) et Joanna Gallardo (Responsable des relations institutionnelles & écosystème)