En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence     Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Rechercher un décor

Paris Images Digital Summit

Affiche PIDS2018

Paris Images Location Expo

L'emploi dans le secteur de la production en Ile-de-France

Couv Brochure Observatoire 2017 DEF

Ecoprod

Bannière Ecoprod 300x300

Retour à la liste

Actualités

Bon à savoir, Evénements

Cinéfondation : les résidents de la 37ème session

jeudi 11 octobre 2018

Photo Les résidents de la 37ème session de la Cinéfondation

Initiée et présidée par Monsieur Gilles Jacob, la Résidence de la Cinéfondation accueille tous les ans à Paris douze réalisateurs, en deux sessions, sélectionnés parmi des centaines de candidatures. Les résidents trouvent alors un cadre idéal pour l'écriture et le développement de leur projet.

Depuis 2008, La Commission du film d'Ile-de France et la Résidence de la Cinéfondation ont mis en place un partenariat visant à donner l’accès pour ces réalisateurs aux lieux culturels et patrimoniaux d’Ile-de-France et faciliter les contacts avec toutes structures déterminantes pour l'écriture de leur projet cinématographique.

La qualité et la reconnaissance internationale des films des anciens résidents de la Cinéfondation, souvent écrits dans ce cadre, sont l'illustration de la très haute qualité de la sélection opérée par Georges Goldenstern.

La Commission du film d'ile-de-France souhaite donc la bienvenue à ces réalisateurs et se réjouit à la perspective d'accompagner ces jeunes talents dans leur découverte culturelle et patrimoniale de la Région Ile-de-France.

 La 37ème session de la Résidence accueille  :

Machérie EKWA BAHANGO est une scénariste et réalisatrice congolaise autodidacte. Elle participe au Festival de Cannes pour la première fois en 2017 en tant que jeune talent invitée à la table ronde « Passer l’Afrique au détecteur de talent » organisée par l’OIF et l’institut français. Son pemier film "Maki’la" est sélectionné au Forum du 68ième Festival International du film de Berlin. Elle a collaboré aux films "Kimpa Vita : La mère de la révolution africaine" et "Félicité" du réalisateur sénégalo-français Alain Gomis, où elle était en charge de la traduction en Lingala du scénario. Machérie développe le scénario de son deuxième long-métrage "Zaïria".

Elena Lopez Riera née en Espagne en 1982 et réside à Genève. Son premier court métrage "Pueblo" a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 2015. En 2016, son film "Las Vísceras" a été sélectionné au festival de Locarno et remporté le prix Mikeldi d’argent au festival du film Zinebi. Son dernier court métrage "Los que desean" a été nominé aux European Film Awards et a remporté le Pardino d'Oro au Festival du film de Locarno en 2018. Ses films ont été présentés dans de nombreux festivals internationaux. Elle est programmatrice de plusieurs festivals dont Entrevues Belfort, Sevilla European Film Festival et Visions du réel. Le magazine Variety l’a désignée comme l’une des 10 étoiles montantes espagnoles en 2015. Elle développe actuellement son premier long métrage «El agua»

Marian Mathias vit à Brooklyn. Elle a récemment reçu son MFA à la NYU Tisch School of the Arts. Marian est récipiendaire du Hollywood Foreign Press Award, du Sara Driver Production Award et de deux prix des beaux-arts. Son film de thèse, "Give Up The Ghost", a été présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2017 dans la catégorie Cinéfondation. Ses courts métrages ont été présentés dans le monde entier, dont plus récemment dans des festivals en Égypte, en Pologne et au Népal. Elle développe actuellement son premier long métrage "Runner".

Carla Simón a été élevée dans un petit village catalan. Elle est diplômée en communication audiovisuelle de l'Universitat Autonoma de Barcelone et a passé une année d'échange à l'Université de Californie. En 2011, elle a reçu la prestigieuse bourse Obra Social «la Caixa» et a déménagé au Royaume-Uni pour étudier la réalisation à la London Film School. Les trois courts métrages de Carla sont tous sélectionnés dans de nombreux festivals internationaux. Avec "Estiu 1993" elle fait ses débuts autobiographiques dans le long-métrage. Le film a été présenté pour la première fois à la Berlinale 2017 où il a remporté le prix du meilleur premier film et le Grand Prix Generation Kplus, et a reçu plus de 30 prix dans le monde, a représenté l'Espagne pour les Oscars, a été nominé aux European Film Awards et a remporté 3 Goyas. Son deuxième long métrage "Alcarras" est également sélectionné pour le Torino Script Lab.

George Sikharulidze est né et a grandi à Tbilissi, en Géorgie, juste avant la chute de l'Union soviétique. À 18 ans, il s’installe à New York pour poursuivre ses études. Diplômé de l'Université de New York Département Media, il a également une maîtrise en réalisation cinématographique de l'université de Columbia, où il a étudié la théorie et l'histoire du cinéma avec Richard Peña. Il a réalisé les courts-métrages "The Fish That Drowned" (2014), présenté au Festival de Clermont-Ferrand, "Red Apples" (2016) et, plus récemment, "A New Year" (2018), tous deux sélectionnés au TIFF, et dans d'autres festivals, remportant de nombreux prix et une qualification aux Oscar. George a enseigné le cinéma au Hunter College, et dans les universités Northwestern et Columbia. Actuellement, il développe son premier long métrage "Panopticon", qui explore la sexualité des adolescents et le fondamentalisme chrétien dans la Géorgie post-soviétique.

Tommaso Usberti est né à Florence. Il a vécu entre la Toscane et la Lombardie jusqu’à l’âge de 23 ans. A la fin du lycée il réalise des courts métrages de manière autodidacte tout en suivant des études universitaires en littérature. Il intègre la Fémis en 2013, département réalisation. Son film de fin d’études "Deux égarés sont morts" obtient le 3ème prix de la Cinéfondation lors du festival de Cannes 2017. Il développe actuellement un projet de court-métrage, "Un ragazzo violento", et un de long-métrage, "Les jours plus intenses de Guido Kalb". Les deux se passent en Italie, le premier en Toscane, le deuxième en Lombardie ; ils parlent - entre conte et réalisme - de l’intégration des étrangers, de l’oppression des plus faibles et de la violence sur les animaux.